photo/Stef Candé

Portrait

Yann Gobert
Age : 40 ans
Profession : directeur artistique @Publicis Conseil
vit à Paris, pour le moment…

 

L’OUTDOOR : UNE MANIERE DE VIVRE, UNE FAÇON DE PENSER.

Grandir en région parisienne, vivre à Paris et assouvir sa passion pour le sport-nature, c’est possible ! D’abord adepte du VTT, il pratique la discipline à deux pas de la capitale. Il se met ensuite au vélo de route pour découvrir de nouveaux horizons. Ce fan d’endurance vient alors à la course à pied. Nous sommes en 2002. Il veut préparer un trek au Népal. C’est le déclic, un vrai, un de ceux qui donne envie d’aller plus loin. Entre Meudon, Versailles et Fontainebleau, il avale les km. Il s’oriente naturellement vers le trail puis vers les ultras. Il file en montagne à la moindre occasion, participe à la CCC, l’UTMB ou UT4M, un tour des 4 massifs autour de Grenoble (170km, 11 000m D+)… Ce n’est pas le tee-shirt de finisher qui l’intéresse mais bien cette façon de pratiquer en toute convivialité. « Je ne suis pas un spécialiste mais j’aime les sports outdoor. Je cherche à progresser et surtout à découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles sensations et des rencontres.», dit-il. Cette philosophie du sport, il la partage aussi en famille ou avec des amis.
 

 

Comments

Add Your Comment
  1. Répondre

    Beau projet !
    Tu es le candidat type pour vivre en Province…
    voire même dans les Alpes !
    😉

  2. Répondre

    Je me suis permise de venir faire un petit tour sur ton site Internet après t’avoir découvert sur Instagram. Tes superbes photos me faisaient bien penser qu’on avait quelques points en commun et, visiblement, je ne me suis pas trompée ! Outdoors, triathlon, trail running, tout ça, ça me parle et ça me plait. Continue de t’éclater et bon courage pour ta prochaine aventure 🙂

      • yann
      • 16 février 2016
      Répondre

      salut Marjolaine

      merci pour ton commentaire.
      a bientot pour un run peut-etre .

      y

  3. Répondre

    Une approche technique des sports de natures vraiment intéressante. Le pignon fixe est particulièrement physique mais apporte aux entraînements de vélo un regard neuf et une nouvelle façon de s’entraîner. Hâte de voir tes progressions dans les milieux montagneux agrémentés de magnifiques photos de paysages 😉

    • seb
    • 23 septembre 2016
    Répondre

    « Mon projet est d’effectuer des randos-course en autonomie dans des régions sauvages. »

    Si ça te dis de partager ce genre de projets, c’est dans mes cartons aussi 😉
    Après 5j d’itinérance en Vanoise l’année dernière (http://planetcaravan.net/albums/raid-vanoise/) ou un ultra en solo dans les Bauges cette année (http://planetcaravan.net/essays/2016/06/ultratrail-en-off-en-solo-sans-assistance-dans-les-bauges/) par exemple, j’ai encore bien d’autres idées 😉

    Au plaisir de te rencontrer, si possible dans la nature 😉

      • yann
      • 28 septembre 2016
      Répondre

      Salut Seb. ta propal ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd, j’ai envie de découvrir le chemin de Stevenson et peut-etre de prendre part au Trail du même nom. A bientot ! (PS : je crois que je t’ai croisé lors de mon UT4M de l’été 2015, je montais le St-Eynard et Chamechaude)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *