test

Garmin Fénix 6

Depuis fin aout, j’ai eu tout le temps de tester la nouvelle Fénix 6 de Garmin, aussi bien en course à pied, à vélo ou en salle de sport. Aujourd’hui je partage mes impressions et ma façon de l’utiliser.

Historique
En course à pied, et encore plus en trail-running, l’utilisation d’une montre Gps connectée est vraiment une mine d’informations aussi bien pour s’entrainer mais aussi pendant une course. Pour ma part, j’ai eu le premier modèle de Fênix quand elle est sortie, je l’ai gardé jusqu’à ce qu’il y a peu de temps car l’usure de la batterie, elle me permettait de tenir 10 heures contre les 30 heures quand elle était neuve. Ensuite j’ai utilisé une Polar Vantage pendant quelques mois mais elle était beaucoup moins polyvalente/multisport que la Fénix 6.

1# le cardio
Tout d’abord, fini les ceintures cardio qui me gênaient ou qui glissaient, sur ce modèle, le capteur est au poignet et je l’ai trouvé très réactif et précis. Sur des exercices de fractionnés court type 30/30, il peut avoir quelques imprécisions mais pour moi, rien de très important. Le capteur cardio est désormais le capteur « elevate » de troisième génération, que l’on retrouve déjà sur les nouvelles Forerunner 245 et 945. Vous pouvez aussi le laisser tourner toute la journée et vous en verrez le résultat sur l’appli. Il est désormais utilisable aussi en natation, aussi bien en piscine qu’en eau libre, mais je ne l’ai pas testé.

2# L’autonomie
Énorme gap pour moi entre la Fénix 1 ou la Polar, vous pouvez avoir une autonomie en mode montre connectée de 14 jours, c’est-à-dire sans séances de sport, avec le cardio activé, vous ne rechargerez votre montre que tous les 14 jours ! En mode GPS, elle tiendra 36 heures mais vous pouvez gêrer son autonomie dans le menu « économie d’énergie » pour augmenter au maximum l’autonomie de la montre en mode veille. Vous pourrez gêrer les fonctions suivantes :
-l’interface de la montre (watchface) va passer en mode simplifié et consommé moins d’énergie
-désactiver la connexion au téléphone
-désactiver le cardio au poignet
-désactiver l’oxymètre de pouls
-désactiver le rétroé-clairage
Avant de lancer une activité, la montre va vous indiquer l’estimation de la durée de votre activité en mode « full » et vous propose de passer en mode « optimisation de batterie » pour gagner en autonomie. Donc pas de mauvaises surprises, si jamais vous avez oublié de recharger votre montre.Vous pouvez aussi créer des profils personnalisés et désactiver certaines fonctions pour gagner en autonomie. Il est aussi possible de recharger la montre à l’aide par exemple d’une batterie externe, lors d’une activité, cela peut se faire par exemple dans le sac à dos ou dans une sacoche de vélo.

3# l’application mobile
Heureusement, il y a eu beaucoup de changements depuis la première version que je connaissais et qui ne me servait pas à grand-chose… Aujourd’hui Garmin connect est une vraie source de données sur votre état de santé et vos activités sportives. Lors de la première utilisation de la montre, on définira la langue du système, puis cette dernière proposera de coupler le smartphone et l’application Garmin connect Mobile. Bien qu’il soit parfaitement possible d’utiliser la montre sans connexion à un smartphone, cela limitera beaucoup ses possibilités. Le couplage est simple et rapide. L’appli Garmin connect comprend plusieurs fonctions utiles, comme :- l’affichage clair et détaillé de vos données de santé quotidienne- L’analyse de vos activités et de leurs statistiques- La création d’entraînements et de parcours personnalisés.- La synchronisation avec d’autres applications comme Strava.- L’affichage de vos records personnels de pas, distance et allure.Lorsque la montre est couplée au téléphone, elle synchronise régulièrement et automatiquement les données d’activités sportives et d’activité quotidienne.

4# les fonctions course à pied
Votre vitesse et allure seront définies par le GPS, ou par l’accéléromètre de la montre lors de la course sur tapis. Il est également utilisé pour connaitre la cadence de course. Vous pouvez choisir entre Trail et course qui sera pour la route, et vous pouvez créer les pages avec les données qui vous intéressent le plus, selon vos besoins. Personnellement, en trail je préfère avoir une vitesse moyenne en kilometres/heure, tandis que sur route ou pendant un entrainement spécifique je préfère avoir mon allure.Une fonction que j’ai adoré et que j’utilise quand je vais courir dans les villes que je ne connais pas, c’est la création du parcours. Via l’appli Garmin Connect, vous pouvez soit créer un parcours et le suivre sur le cadrant de la montre, soit laisser l’appli créer un parcours selon le nombre de kilomètres que l’on a envie de faire.

5# les fonctions vélo
Elle n’a rien à envier à un compteur, niveau précision, rien à redire. J’ai fait plusieurs fois des sorties avec la Fénix 6 et en même temps le compteur Edge 830, et à l’arrivée à peine 100 mètres de différence. On peut aussi jumeler un capteur de puissance ANT+ et Bluetooth Smart. J’ai aussi rentré des traces via le site Garmin Connect, où j’ai créé des parcours que j’ai envoyés vers la montre, puis j’ai pu les suivre. Mais, franchement ce n’est pas très simple de suivre un parcours à vélo en regardant son poignet, je l’utilise donc plus en sécurité, en cas de problème avec le compteur vélo, pour me rassurer.

6# l’ergonomie
Garmin choisi de ne pas miser sur un écran tactile et pour avoir testé la Polar, qui est conçue avec un écran tactile, je prefere franchement naviguer avec les 5 boutons de la Garmin :
-Les boutons up et down (3) permettent de naviguer dans le menu
-Le bouton start pour démarrer une activité et de l’arrêter.
-Le bouton light allume le rétroéclairage. Une pression prolongée permet d’accéder au menu des raccourcis.
-Le bouton back permet un retour arrière, ou marque un tour durant une activité.
Dans le chapitre de l’ergonomie, je pense aussi à la possibilité de configurer ses pages de données, c’est-à-dire créer des écrans de données (entre 1 et 6 données par écran) et de choisir la façon dont elles sont organisées. J’ai trouvé que c’était très simple à organiser et cela permet de pouvoir voir seulement les infos dont on a besoin en course et de ne pas les chercher pendant des heures.
Les widgets sont aussi très pratiques pour retrouver des fonctionnalités récurrentes, comme des raccourcis.Il est aussi possible de personnaliser son cadran et les infos en téléchargeant une multitude de watchfaces différents grace à l’appli connect IQ.

Il me reste encore beaucoup de choses à découvrir et à tester sur cette montre, étant donné qu’elle comporte énormément d’infos disponible, je mettrai l’article à jour petit à petit.

Dans cet article j’ai choisis de parler des fonctions que j’utilise plus et qui m’ont vraiment aidées, mais pour plus de détails je vous conseille l’article hyper complet de Nakan.ch et leurs vidéos.


En conclusion cette montre est vraiment un partenaire aussi bien pour l’entrainement que pour la compétition ou les sorties (rando, alpinisme, etc.…) elle est complètement polyvalente et personnalisable. Et pour joindre l’utile à l’agréable, cette montre à une esthétique que j’apprécie, sobre et robuste.

Je vous conseille de regarder les vidéos

Laisser un commentaire