Rallye Chilkoot Vélosophe

De retour du sud pour partager rapidement quelques photos de cet événement original : Le Rallye Chilkoot Vélosophe.
Inspiré du Safari Rally automobile, avec spéciales chronométrées, étape marathon et bivouac au cœur du Massif des Maures, ce premier rallye a été bien arrosé…

Après un bivouac venteux aux salins de Hyères, nous partons chacun notre tour, à 1 minute, pour la première étape chronométrée le long de la mer. Rapidement la pluie vient s’ajouter aux embruns salés, le rallye a bien commencé et la journée promet d’être rude. Ce format original est fait pour les puncheurs, et pour les autres comme moi, c’est une belle rando-sportive. Malheureusement la pluie est de plus en plus forte et après une belle montée de 13km, elle devient vraiment violente. C’est dans cette descente vers Colobrières que mes plaquettes de freins finissent leurs trop courte vie, le sable, l’eau et le terrain sans concession ne les a pas épargnées. Je finis la descente le pied sur le pneu arrière…

Nous devions faire juste une pause dans le village mais elle se prolonge et nous décidons de stopper la course pour aujourd’hui. En effet, la météo ne prévoit pas d’amélioration avant la fin de journée. C’est donc repos, séchage et réparation pour la plupart des pionniers. Quand à moi, j’ai la chance d’avoir 2 anges gardiens, Denis et Cécile, qui me trouve des plaquettes de freins pour pouvoir continuer l’épreuve le lendemain. Grâce à la gentillesse des gens du village et bien sur à Luc Royer et l’équipe de Chilkoot, nous passons la nuit dans une salle communale au chaud et au sec.

Dimanche, 8h, nous sommes tous ravis de voir le soleil briller et nous fonçons vers le départ la premiere spéciale de la journée, au monastère de La Chartreuse de La Verne. La petite route est éclairée comme dans un film, l’humidité de la veille crée une brume dans la forêt, vivement les chemins qui promettent de beaux moments. On part pour 13km de sentiers larges, qui grimpent progressivement à flanc de colline, le choix est difficile entre la vue magnifique sur la côte, Port-cros, Porquerolles ou plus vers l’Est, les montagnes enneigées. Les kilomètres s’enchaînent rapidement et malgré une erreur d’orientation, je rallie la fin de la derniere spéciale avec le groupe et nous rentrons vers Hyères tous ensemble par la route.

Malgré une météo exceptionnelle, nous avons pu passer un très bon moment sur les sentiers mais aussi sur le camp, le soir. J’ai adoré l’état d’esprit, le nombre réduit de participants de cet événement qui sera j’en suis sur, le premier d’une longue série. A bientôt.

et pour voir encore plus de belles images, allez voir le travail du photographe qui n’a pas peur de se mouiller, c’est ici : BEREFLEX

Previous Post Next Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *