© photo lionel montico

Trail des passerelles du Monteynard

« Il vous reste un dossard pour le 22km ? »

C’est presque par hasard que je me retrouve aligné sur ce trail des Passerelles du Monteynard, car la veille j’ai vu que plusieurs trails partaient de la base nautique de Treffort mais impossible de joindre l’organisation par téléphone. Alors j’ai décidé d’aller voir le départ et au cas où, j’ai pris un certif sur moi et un peu d’argent 😉

Je pars du camping de Savel, qui se trouve en face de Treffort, sur l’autre rive du lac, passe sur la passerelle du Drac et continue sur le chemin qui suis la rive. Le single passe à travers la forêt, ça monte ça descend, je m’amuse bien et j’arrive à Treffort après 12km. Sur la base nautique, c’est l’effervescence; tout le monde s’échauffe et se prépare à prendre le départ. Je me dirige vers la tente pour voir le parcours et essayer de l’emprunter dans le sens inverse mais je croise un sympathique organisateur à qui je demande :
-« Il vous reste un dossard pour le 22km ? »
– “Oui si vous avez un certif, mais le départ est dans 5mn…”
– “Allez !”

Le temps d’épingler mon dossard et je file me caler dans le peloton. PAN ! Je pars dans la queue de peloton mais peu importe car j’ai juste envie de profiter du tracé et j’ai deja 12km dans les jambes. Comme souvent sur des petites distances, tout le monde part très vite, j’essaie de remonter doucement car je sais que le chemin se rétrécit dans 2 km et qu’il sera plus compliqué et fatiguant de doubler plus tard. Mon idée n’est pas de remonter pour gagner des places mais seulement de courir à mon rythme et de profiter au maximum du tracé.

Nous arrivons rapidement à la passerelle de l’Ebron et nous la passons en file indienne car il est interdit de courir dessus. A 85 mètres au-dessus de l’eau, tout le monde prend la photo souvenir avant de remonter sur le chemin qui remonte en lacets et de partir vers le pont qui nous fera repasser au-dessus de l’Ebron. Nous continuons sur une route qui grimpe en plein soleil, le 1er ravitaillement arrive et permet de se rafraichir avant de continuer la petite ascension.

La fatigue commence se faire sentir mais je continue à mon rythme et le reste du parcours passe rapidement. Sur les derniers kilomètres, les spectateurs nous encouragent chaleureusement et après une mini bosse sur du bitume qui casse plus le moral que les jambes, j’arrive sur la plage ou est installée la ligne d’arrivée. Je passe la ligne en 3h02 à la 198 place sur 833 participants et je file me gaver de bonne pastèque au ravito bien fourni et généreusement entretenu par une équipe de bénévoles chaleureux.

EPILOGUE :
Une fois la ligne passée, il me fallait regagner ma petite famille qui m’attendait sur l’autre rive du lac, mais j’avoue que refaire 12km pour rentrer n’était pas dans mes projets. Je pars donc à la recherche d’une navette en direction de Savel ou n’importe quel autre moyen de transport, et je croise quelqu’un qui me semble être de l’organisation (il a un talkie-walkie) et sympathique (il tient un verre de rosé). A peine lui ais-je expliqué mon projet de rejoindre l’autre rive, il part en me disant qu’il va me trouver une solution. Mon nouvel ami revient et me présente à un petit groupe qui doit aussi rejoindre le camping de Savel. Après avoir attendu la fin des remises de prix et m’être présenté à mes bienfaiteurs, nous partons en direction du port, car nous ne rentrons pas en voiture mais en bateau ! Et c’est parti pour une balade sur le lac et un petit détour pour me montrer la passerelle que j’ai prise plus tôt, mais vue d’en bas.

Une journée comme j’aimerais en passer plus souvent avec des rencontres, des petits chemins, des belles vues et un barbecue en famille pour finir.

trail-des-passerelles_01

trail-des-passerelles_02

trail-des-passerelles_03

trail-des-passerelles_04

Le film de la course 2016

Étiquettes : ,
Previous Post Next Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *